Baptêmes de Plongée

Mis en avant

La période estivale arrive à grands pas…..

Nous allons avoir des créneaux piscine en extérieur.

Si vous souhaitez inviter l’un de vos proche à partager votre bonheur d’être sous l’eau,  les encadrants de l’Essor se feront un plaisir de lui proposer un Baptême de plongée en piscine.( famille, enfants, copains, collègues,  voisins….) 

Qui sait, peut être un futur binôme !  😉

Pour les modalités, je vous invite à vous rapprocher de notre président ou des encadrants.

 

 

Rentrée 2024-2025

La rentrée aura lieu le jeudi 5 septembre à 20h00 à la piscine des dauphins.

Cette année, nous avons de la disponibilité pour des formations au Niveau 1, et il y aura une formation au Niveau 4. N’hésitez pas à nous envoyer un message via le formulaire de contact si vous êtes intéressés !

Mais, il est encore possible de venir nous rencontrer lundi 29 Juillet à 20h à la piscine Jean Bron avant la pause Aoûtienne.

A bientôt !

 

Les galettes 2024

En cette belle soirée du mardi 16 janvier une dégustation de galettes salées et sucrées s’est déroulée à la Nat.

Une vingtaine d’essoreurs se sont réunis et ont pu déguster de délicieuses galettes (surtout celles « faites maison »)

   

Dans la joie et la bonne humeur il y a toujours quelque chose à se raconter

et  se marrer … bien sur

C’est avec les « Poutous » de notre président qu’on vous dit à la prochaine

la com

Séance piscine de Noël

Jeudi 21 décembre la dernière séance piscine de 2023, s’est réalisée conjointement avec HP

Une séance très ludique  avec de nombreux jeux subaquatiques 

Après la séance un moment convivial et gourmand s’est déroulé au Bar-Radis.

Une très bonne ambiance, une expérience à renouveler 

 

 

Giens que du bonheur !

Giens que du bonheur !
Chroniques d’une plongeuse à Giens/La tour Fondue les 14/15 octobre 2023
By Manon

Si vous nous suivez, vous connaissez nos petites habitudes. Et oui, tout commence le vendredi en fin d’après-midi à l’ALAS, regroupement des plongeurs, distribution du matériel de plongée pour le week-end (blocs gonflés (200 bars) « mais est-ce une bonne idée ? », stab et détendeurs) et chargement minutieux des minibus. Premier départ à 16h40, brève pause à Mornas pour Malik qui a oublié son pique-nique et le minibus file direct à Giens arrivée vers 21h00 whaou ! Ils ont tracé mais peuvent diner en bord de mer. Le second minibus décolle à 18h, fait sa traditionnelle pause et arrive vers 22h30. On s’installe, logements confortables à 10 m de la mer et on partage une petite bière de bienvenue avant le dodo. Bah oui demain plongée faut être en forme !!!

Samedi 14 : Réveil 7h30, un petit déjeuner (prévu par nos responsable Pti dej et apéro du week end) avec tout ce qu’il faut pain et brioche frais, des bananes (c’est pour la digestion), et certains n’oublieront pas le fameux « mer calme ». Tout le monde se prépare on amène les minibus au club de plongée, heureux hasard, il est juste à côté des appartements ! On décharge le matériel et se fait briefer sur le déroulement du week-end.
On s’équipe et hop c’est parti tout le monde en bateau pour notre première plongée, direction le Sec Pascal. Tout est pour le mieux ; il fait beau, vent faible, mer calme. Nous sommes 3 N2 à plonger sur cette sortie donc notre palanquée est facile à constituer. J’ai plongé avec Guillaume et Clotilde tout le week-end . La première plongée est une encadrée, ça c’est cool, cela nous permet de descendre jusqu’à 40 m de profondeur. Arrivés sur le site de plongée, on s’équipe, on vérifie notre matériel et la pression de nos blocs. Là, Guillaume nous dit qu’il a un peu moins d’air. Mince ça va être limitant pour la plongée. On s’immerge on descend, on observe, on s’émerveille et oui beaucoup de vie là-dessous (mérous, barracudas, castagnolles, gorgones…). Et là je regarde ma consommation d’air et aie, aie, aie !!!! Je consomme beaucoup, c’est moi qui aie limité la durée de la plongée et des suivantes. Oups !
Satisfaits de notre première plongée, le midi nous déjeunons au Prado. Autant dire que nous y mangeons très bien. C’est l’estomac bien rempli que nous nous accordons une petite sieste avant d’embarquer pour notre 2nde plongée de la journée sur le site Escampobariou. Plongée limitée à 20m pour nous, nous sommes en autonomie. C’est cool aussi on peut tester notre sens de l’orientation, bon là il n‘a pas été mis à rude épreuve nous avons longé le tombant main droite, revenu main gauche. Nous avons observé moins de vie que sur le site du matin, mais nous avons vu un Danti c’est plutôt sympa. Et le parcours comportait une remontée à travers une petite cheminée en s’enfonçant un peu dans la roche c’était pas mal. Cela permet d’observer des poissons qui préfèrent l’obscurité.

Après les plongées, c’est l’heure de l’apéro !!!! Bières et planteurs sont au menu et beaucoup, mais beaucoup de chips ! Et oui, l’objectif est de terminer tout ce qui reste des précédentes sorties car celle-ci est la dernière de l’année. C’est aussi l’occasion de lancer des débats, cette fois, sur le top 5 des membres du club les plus bougons (bien évidement je ne peux donner de nom). Certains ont des questions plus sérieuses : « J’ai l’impression respirer du gaz » venant du bloc suite au gonflage. Hum, Hum. D’où cela vient-il ? Seuls quelques blocs semblent concernés.

Diner partagé au restaurant le Prado, oui oui, c’est le même qu’à midi, pas d’erreur. Puis soirée Rugby (c’est tout de même la coupe du monde et les bleus sont en lice mais ce soir c’est un gros match (Irlande – Nouvelle Zélande)) et victoire des All Blacks. Un bon gros dodo pour être en forme pour 2 nouvelles plongées le lendemain.

Dimanche matin réveil avec les croissants et les pains au chocolat, merci Delphine 🙂 Et hop hop hop direction le site de plongée Rabat. Site un peu moins poissonneux que ceux de la veille. Dernier déjeuner au Prado le midi, on rend les appartements et on se prépare pour la dernière plongée du week-end sur le Rocher des Mèdes. Et là, whaou, superbe plongée, nous avons vu des sérioles et des barracudas. Il faisait un peu trop froid pour Mr Malik qui a décidé de venir sur le bateau pour ne pas plonger. Oups !!

Sur les conseils du Président, Clotilde s’est lancée dans un exercice de stabilisation de haute volée consistant à utiliser un préservatif comme parachute de pallier. Et oui il faut l’ouvrir puis le gonfler sans le percer avec le détendeur. Le 3ème essai fut le plus concluant. Avantage de l’autonomie on peut se permettre quelques fantaisies mais nous avions, tout de même, l’accord du DP et du Président. Suite à ça la question de regonfler les blocs pour le retour se pose. Nous décidons au final de ne pas le faire 1/ à cause de l’odeur de gaz persistante 2/ à cause du risque d’explosion en cas d’accident. Et oui quand on y pense mieux vaut transporter des blocs vides c’est plus safe ! On charge les minibus et hop retour à l’ALAS autour de 22h.
Bref encore un excellent week-end !

Crédit Photo : Pascal, Olivier et Guillaume

Merci à Alex pour l’organisation, Alex – Jérôme – Stéphane – Henry nos chauffeurs, Clotilde, Greg et moi-même pour l’apéro et les petits déjeuners, Hubert notre DP ! (Et oui pas de DP = pas de plongée pour N1 et N2), Hubert et Greg pour l’encadrement, à tous pour l’ambiance

TIV du 18/11/2023

A l’heure où les feuilles roussissent, les cimes se parent de leur manteau blanc, et les combinaisons rentrent en période de sécheresse, nous avons profité d’une journée de beau temps pour répondre à la tradition de l’automne : le TIV !

Notre responsable matériel préféré (on n’en a qu’un) nous avait donné rendez-vous 30 minutes avant son arrivée (trop fort) pour mettre en place les petits ateliers :

– vérification, sans manomètre, que les blocs sont bien à 1 bar

– tri des blocs par numéro d’ordre croissant

– strip-tease des blocs et démontage des robinetteries

– vérification des filetages

– inspection visuelle des blocs par nos TIVeurs du jour : Yoann, Jim, Cube, et une brève touche féminine de Sophie

– mise à jour de la base TIV fédérale avec Dr Cloclo

– passage de certains blocs auprès de nos street artistes JP et Coline 

– remontage

Le tout en musique et sous le soleil, venu nous encourager.

Comme on est trop fort, nous en avons profité pour vider intégralement le local, et : nettoyer, inventoriser, trier, jeter, noter, organiser et ranger.

« Bouillon A » a assuré le ravito.

Les blocs sont prêts à reprendre du service !

Merci à toutes nos forces vives : Coline, Clotilde, Sophie, Vincent, Malik, Yannick, Guillaume, JP, Cube, Jim, Yoann, Oliv, Greg, Jef et Jean-Marc, sans oublier Pascale et son inoubliable café.

A bientôt dans l’eau.

Signé : un anonyme

Agay sept 2023

Le weekend commence par la classique remise du matériel au local de l’ALAS. RAS, personne n’oublie son sac au local et tout le monde a bien pris sa bouteille.


Le minibus entame la route, quelques bouchons, mais qu’à cela ne tienne, Clotilde et Aude en DJettes sont là pour mettre l’ambiance. Jérôme est impassible, il se concentre sur la route mais ses oreilles saignent. Clotilde fait semblant de vouloir rédiger sa thèse. Malgré une proposition collective du minibus de l’aider, Clotilde n’a jamais changé de page sur tout le trajet, bloquée à la figure 17, l’ordi a plus regardé Clotilde que Clotilde n’a regardé l’ordi. En même temps, ça se comprend car avec des supers chansons comme “Est-ce-que tu m’entends Hey Oh”, c’est difficile de se concentrer sur des schémas obscurs lorsqu’on chante à tutette!
Après une petite blague téléphonique, le minibus récupère bien Romain qui n’a finalement pas fait de stop jusqu’à Sisteron. On a failli y croire puisque Romain est arrivé en retard au rdv. Si les gens ont manqué de sommeil cette nuit-là, c’est bien sûr uniquement la faute des 2min de retard de Romain et pas les ronflements ou les moustiques.
Grâce à l’arrivée de Romain, le minibus a pu entrer en mode karaoké géant – enfin surtout à l’avant avec Aude et Clotilde. La team du fond étant plus timide sur la partie chant malgré les basses qui leur trouaient les tympans.
On a donc eu l’immense plaisir de découvrir la passion de Romain pour Goldman, enfin pour toute la chanson française d’avant les années 2000 et même pour eternal flame!
Cube a également poussé timidement la chansonnette même s’ il n’y avait pas assez de métal à son goût.
En tout cas, la tribu de Dana a réussi a rassemblé tous les cœurs même les plus farouches, et tout le monde a chanté (crié?) cette chanson mythique. On me précise dans l’oreillette, que Guillaume a bien chanté sur les lacs du Connémara et il en est très fier!  Une petite pensée pour Diego qui a dû prendre les Français pour des fous. Une première sortie et déjà que les gens s’enjaillent sur des chansons bof, la culture française ma foi, elle nous gagne!

Arrivé.es sur notre chère aire de Mornas, nous avons eu le plaisir d’entendre la théorie de Cube sur le taboulé. Mais qu’à cela ne tienne, Guillaume défend son rôle de respo repas et assume les 5kgs de taboulé qui en plus d’avoir nourris nos estomacs nourriront de multiples blagues!
Que serait un arrêt sur l’autoroute sans les M&Ms de Jérôme? Pas grand chose, un weekend sans saveur. Heureusement, on peut compter sur Jérôme pour nous apporter un peu de douceur dans ce monde de brutes.
Arrivé.es au camping, une petite bière pour les plus courageux.ses et un dodo pour les autres. Romain étant surmotivé pour ce début de weekend, il a offert un réveil au son de sa douce voix sur la Marseillaise pour les plus chanceux.ses (de la chance vraiment?).

L’Essor retrouve le club associatif d’Agay avec ses chaises de jardin blanches sur lesquelles on peut s’équiper aisément – enfin surtout pour celles/ ceux qui osent la fameuse technique du collant. Qu’importe les médisances, celles/ceux qui l’ont testée, l’ont approuvée. Le collant: 10 min de gagné à l’enfilage de la combi, et surtout des litres de sueur évités et des ongles préservés.

Première plongée du week-end: Les pyramides.
Une super plongée qui permet de rassurer les N2 qui sont encadré.es pour bien commencer le weekend. Un spectacle s’offre aux plongeur.ses: des dentis qui chassent les castagnoles, des ENORMES mérous en pleine eau, des barracoudas (ou décunes pour les Pbio tatillons) et autres joyeusetés de la Méditerranée.
Tous ces poissons si nombreux sous l’eau. Auraient-ils été attirés par de la nourriture d’origine humaine préalablement relarguée et offerte par les plongeurs de l’ESSOR présents sur le bord gauche du bateau? L’histoire ne le dit pas.
L’histoire ne dit pas non plus pourquoi seules les personnes présentes sur le bord gauche du bateau ont été malades, sûrement une sombre histoire de complot..
En tout cas, malades ou non, les plongeur.ses se sont régalé.es grâce aux fidèles crocos de Jean Marc et au thé du bateau, Merci!

Après cette première plongée intense en émotions, il est temps pour nous plongeur.euses de se reposer et de se ressourcer. Direction le resto, juste à côté du centre.
Au menu: tartare de saumon sur algues wakame, cabillaud sur lit de courges et sabayon en dessert, on est gâté.es! Et pour les enfants de Jim et Elizabeth, au menu: les cailloux ramassés sur la terrasse du resto, chacun ses préférences!
Au moment du dessert, Romain fait du recel de mercalme. En effet nos vaillants plongeurs du bord gauche, n’ont pas réussi à s’approvisionner le précieux sésame en pharmacie. Mais Romain en a sous le coude, il fournit l’ESSOR en mercalme contre des chansons de Goldman dans la playlist du retour (Info ou intox, le mystère ne sera jamais percé).

Repu.es et mercalmé.es, les plongeur.ses s’aventurent au club de plongée pour la deuxième plongée du week-end.

Les gens du club ayant eu pitié de nous, ils nous ont changé de bateau, on a alors eu un bateau beaucoup plus stable. Aucun vomito n’a été décompté cette après-midi là!
Direction, l’île d’or. Autonomie pour les N2. Il s’agit de faire le tour de l’île main gauche, d’apercevoir une obélisque, un plateau de coralligène puis de passer sous une grande arche.
Au top, les N2, tout le monde a trouvé l’arche et retrouvé le bateau. Enfin sauf HMS Romain et HMS Jérôme bien sûr qui se sont égarés au loin du bateau, près d’un rocher (peut-être avaient-ils pris trop de mercalme?).

Le temps du repos arrive. Le camping a une super piscine avec toboggan, et “rivière sauvage”, les enfants et grands enfants du club s’y rendent et barbotent dans l’eau. Ça ne vaut pas le jacuzzi chauffant de Cavalaire, mais ça fait tout de même son petit effet!

Vient ensuite le meilleur moment de tout le weekend… je vous laisse deviner…

… #supsense

… LE taboulé du dîner. Celui que tout le monde attendait! Un grand moment de partage et de gratitude. Le taboulé a tellement été apprécié qu’il a fait environ 10 fois le tour de la table! Tous.tes s’arrachaient la recette du taboulé afin de pouvoir le proposer aux prochaines sorties Essor. Il a même été question de faire un menu exclusif de taboulé pour les prochaines sorties, taboulé semoule en plat de résistance et taboulé de fruits pour le dessert. On me dit que cette proposition sera sérieusement étudiée lors de la prochaine AG.
Trêve de plaisanterie, ce buffet dinatoire a été incroyable, tout le monde a mangé plus que de raison. Dès que l’on se disait “c’est bon j’arrête, j’ai assez mangé”, un nouveau plat délicieux arrivait devant ses yeux! Mention spéciale à la superbe tarte à la rhubarbe! (NB: Conflit d’intérêt > c’est le dessert préféré de la rédactrice de ce rapport).
Afin de digérer, Romain et Clotilde nous ont offert un karakoé en duo. La mémoire étant sélective et bloquant les mauvais souvenirs, aucune trace des chansons chantées ne se retrouve dans mon cerveau.

Il est à présent temps de se coucher et de retourner chacun.e dans son bungalow auprès des moustiques et des ronflements. Certains bungalows ont été plus chanceux que d’autres mais nous ne révélerons rien à la presse.

Au petit matin, le petit déjeuner des gorilles se prépare, grâce à notre petite fée Clotilde qui se lève aux aurores afin de déposer discrètement pain, brioche et thé sur les différentes tables. Mais aussi grâce au trio du bord gauche qui a régalé l’Essor avec un régime de bananes (d’à peu près 50 kgs, à la marseillaise).
Les plus prudents ne se seront nourris que de bananes et de mercalmes, tandis que les plus téméraires se seraient nourri.es de melon et de croissants!
Afin de vraiment apprécier ce petit-déjeuner, les chasseurs du coin nous ont offert quelques mélodieux coups de feu afin de nous bercer au petit réveil.

Allez, ça repart au club! Et ça repart aux Pyramides, plongées encadrées et autonomes.
Une certaine palanquée (R.A.D.G: initiales ou ‘rien à dire gros’?), a fait des petites folies sous l’eau avec 10 min de pallier. Il y a eu le PLUS GROS MEROU JAMAIS VU DE SA VIE (suivi de deux petits à ses côtés) par R, mais aussi une partie de remontée sous octopus pour A, qui consomme environ 20 bars d’air par excitation dès qu’il y a un nudibranche (une limace pèlerine trop mignonne ou une flabelline mauve dans un trou, et hop 40 bars de moins).
Le monsieur du bateau a gentiment opté pour le Rien A Dire. Après débrief, thé, éclaboussures des vagues, rebonds, nous revoilà de retour au club, se dépêchant de se déséquiper afin d’aller au meilleur couscous du monde.

Le couscous est toujours aussi succulent. Cette fois ci les plongeur.ses présent.es à Agay l’année précédente ont appris de leurs erreurs et ne se sont pas resservi.es 15 fois du couscous légumes avant que la viande arrive. Miam miam, boulettes, brochettes, merguez, pois chiches, raisins, oignons, légumes à la perfection, tout le monde se régale!
Malgré notre appétit débordant, il reste beaucoup de viande, elle n’a pas été récupérée pour refaire un taboulé/couscous le soir à Mornas, mais ce n’est pas l’envie qui manquait.

Le ventre bien gonflé, retour au club pour la dernière plongée du week-end, l’île d’or au programme, histoire d’en profiter une dernière fois. Autonomie pour les N2. Aucun accident à déplorer. Des poulpes ont été aperçus sous une grotte ou cachés dans un abri.
Des shifoumis ont été joués aux paliers. Une superbe dernière plongée! Que serait un weekend plongée sans un poulpe? Décevant pour tous.tes et surtout non appétissant pour Jérôme. Petite pause pipi technique post plongée pour certain.es. Note pour plus tard, il est difficile de nager et de remonter sur un bateau, la combi ouverte et dépliée au niveau des jambes; technique à travailler !
Dernier trajet de bateau, de retour au port. On profite une dernière fois de la vue, des vagues, des remous, du soleil et garde tout ça dans un coin de notre tête pour emporter de jolis souvenirs à Grenoble.

Retour au club, déséquipement, soulagement de ne plus avoir à tirer sur sa combi mais aussi petit pincement au cœur. Les voitures s’en vont rapidement grâce à une organisation familiale bien rodée.  Le minibus se prépare grâce au tétris méthodique et artistique des blocs, sacs mouillés, sacs secs, réalisé par nos plongeur.ses aguerris et efficaces.

Il y a eu un échange minibus / voiture, une fuite en avant, un rejet du karaoké? Mais les plus vaillant.es sont resté.es fidèle au poste. Le karaoké a repris avec notre trio, Aude, Clotilde et Romain.
Rapidement (quand on dort, on ne voit plus le temps passer), on arrive à Mornas pour partager un pique nique collectif de restes: quiches, muffins, fruits, chips, on finit en beauté. Mais au plus grand désarroi de Cube, il n’y avait pas de fourchettes pour manger le taboulé, il est donc resté intact. On mange ensemble une dernière fois, on partage quelques dernières blagues et anecdotes et puis il est temps de se quitter jusqu’à la prochaine revoyure!
De retour dans le minibus, cette fois-ci pour plus d’inclusivité, chacun.e a pu proposer des chansons à la playlist. Enfin sauf les boomers qui ne savaient pas comment faire “ajouter à la liste d’attente”, heureusement Guillaume, as de la technologie a pu rectifier le tir. Grâce à la participation de tout le monde, cette playlist s’est avérée hétéroclite, du métal, du rock, du rap récent, de la chanson française, il y en avait pour tous les goûts. Malgré tout, on sent le poids des 4 plongées du week-end et des réveils aux aurores, quelques endormissements ont baissé le volume sonore des chanteur.ses. Une conduite sans encombre pour nos fidèles chauffeur.ses Clotilde et Jérôme, sauf lorsque ce dernier a lâché “C’est le festival du slip ce soir, non mais il fait nimporte qui lui là Ohh”.

On arrive au local, on décharge, on se rend compte qu’on n’a pas assez mangé de chips et on se dit aurevoir, presque la larme à l’œil ou le bâillement aux lèvres.

J’aimerais remercier ma famille, mes ami.es qui m’ont toujours soutenue et la production pour m’avoir permis de m’exprimer. Non c’est une blague on fait pas un discours au festival de Cannes là (en roue libre après 4 pages de rédaction, plus l’habitude au chômage..).

Merci Agay, merci le club, merci les poissons, merci les orgas, merci les chauffeur.ses, merci les encadrants, merci les ambianceur.ses, merci les (mer)calmes, merci tout le monde!

Coeur avec les doigts,
Que vos rêves soient remplis de nudibranches flamboyants <3

Aude

Cavalaire c’était super !

Quelques mots et images sur le weekend plongé à Cavalaire les 17/18 juin 2023

By Coline

On débute le weekend plongée par le traditionnel rendez-vous à l’ALAS et puis c’est le départ. Plongeur·euses gonflés à blocs (hehe), le minibus démarre bien chargé. On parvient à éviter les bouchons grâce à Jérôme, notre guide du Routard qui connaît tous les supers raccourcis de la Drôme Provençale.

Après avoir roulé 3 bonnes heures, mangé le pique-nique sur l’air de Mornas et écouté l’intégralité des chansons de la playlist du DJ Clotilde, nous terminons le trajet sur une route de montagne très sinueuse bordée par les pins. On ne voit plus la mer mais on la sent toute proche.

Nous arrivons à temps avant la fermeture de la barrière du camping pour retrouver les premiers arrivés pour partager une petite bière avant le dodo en bungalow.

Au petit matin, l’équipe du petit déjeuner nous régale de bons pains et de viennoiseries. Le temps est clair, le soleil au rendez-vous et le vent est absent, bref le temps idéal. Comme d’habitude, j’ai toujours un petit peu d’appréhension, d’autant plus que ma dernière plongée date de Cap Croisette. Mais, comme d’habitude, toute l’équipe est de bonne humeur et pleine d’entrain et ça me met en confiance pour la journée !

Nous retrouvons le fameux Momo et ses équipiers d’Éperlan Plongée qui nous accueillent sur le port à 8h30.

Les plongées

Première plongée sur le site du Petit Sec qui commence bien puisqu’on tombe sur un très grand poulpe dont les tentacules se baladent entre les rochers et des bancs de gros mérous. Je finis la plongée avec 10 bars, à suivre mon chef de palanqué à la trace prête à prendre son détendeur de secours… ça m’apprendra à moins palmer pour les plongées suivantes !

Pendant que les tout fraîchement diplômés N2 partent à l’exploration de ce qui se passe à plus de 20 mètres de profondeur aux abords de l’épave du Rubis, nous plongeons sur un superbe site au sein duquel nous apercevons un congre niché dans les cailloux. Nous pouvons admirer de nombreuses saupes, ces « vaches de mer », brouter la posidonie et les fameuses castagnoles danser autour de nous.

Pour notre 3ème sortie, nous sommes lâchés par Momo au cap de Taillat dont je garde le souvenir d’un site très minéral. Pierrot nous déniche une superbe cigale de mer installée dans son trou. On admire les bancs de castagnoles ainsi qu’une belle anémone.

Enfin, nous obtenons une petite dérogation du DP avec l’aval du Président afin de pouvoir atteindre l’épave La Barge du Ramon pour notre dernière plongée. Couché sur son flanc, ce bateau situé à 22 mètres de profondeur a été sabordé pour cause de contrebande. La visibilité est très bonne et l’eau pas trop froide. Nous avons la chance d’apercevoir un congre qui joue à cache-cache dans un tuyau.

 

 

 

Les activités quand on ne plonge pas

On mange

Tout au long du weekend, nous avons pu déguster les délicieux plats proposés par le restaurant le Comptoir des Saveurs : poissons, aïoli, soupe de poissons.. Tout était excellent et les desserts tout autant appréciés. S’enchaînait ensuite un petit moment pour digérer et faire la sieste sur le faux gazon en essayant d’éviter le soleil méditerranéen avant de répartir sous l’eau !

Les repas étaient animés par les conversations sur les expériences de chacun·e en plongée et enrichies par toutes les connaissances de nos deux nouvelles N1 biologie (PB1) qui nous donnaient plein d’informations sur ce que nos yeux voyaient sous l’eau.

On trinque

Mention spéciale à Manon qui est en passe d’obtenir son N4 Cheffe Apéro de l’Essor avec ses succulentes quiches et son apéro maison.

On teste le jacuzzi du camping

 

 Merci aux organisateur·ice·s pour ce super weekend ! Merci au DP, aux encadrants et aux : resto, apéro et petit déj.

Spécial merci à ma palanquée, Pierre (notre épave préférée du weekend) et Fiona pour la bonne ambiance !

Crédits photos : Clotilde

Un petit montage vidéo de Guillaume : https://youtu.be/hZiUqwS3KGg

 

Sortie zéro-bulles à La Ciotat – juillet 2023

L’épisode pilote d’une longue série ?

Scène d’ouverture :

Vendredi, 17h, sortie du boulot. Vue aérienne plongeante de l’ALAS où, au milieu des préfabriqués, 7 personnes se retrouvent autour d’un van. Un premier protagoniste, que nous nommerons Pierre par souci de délation, râle déjà ! L’origine du malaise : le van susmentionné est presque vide ! Du jamais vu durant sa longue carrière de plongeur à l’ESSOR… Une des premières joies de l’apnée : moins de matos, pour plus d’apéros ! Adage qui semble convaincre notre ami, en charge dudit apéro.

(Ellipse temporelle durant laquelle sont avalés kilomètres et M&M’s)

Arrivée au camping de la Baie des Anges. Sur fond de chants de cigales, nous prenons possession des bungalows comme des bernard-l’hermite d’une nouvelle coquille (lien vidéo ). Et enchaînons sur la scène de l’apéro, permettant de présenter nos personnages et leurs backgrounds respectifs :

  • Clothilde et Guillaume, les organisateurs de ce premier week-end apnée, plongeurs nouvellement N2 et ayant découverts l’apnée cette année.
  • Cédric, Jérôme et Alex, dont les 2 premiers sont aussi plongeurs, sont présents dans la section apnée depuis au moins 2 ans, mais avec peu voire pas d’expérience de l’apnée en mer.
  • Pierre, le doyen, plongeur aguerri de l’ESSOR, mais n’ayant jamais pratiqué l’apnée au-delà des prérequis nécessaires pour les différents niveaux de plongée qu’il collectionne.
  • Mei Li, la benjamine (15 ans), présente depuis 2 ans dans la section apnée, et parmi les plus assidus.

Tout cela pour insister sur la nouveauté de l’apnée en mer et en profondeur pour quasiment tout notre groupe, avec des niveaux divers pour chacun. Bref, ces sorties sont ouvertes à tous !

(Changement de scène) : la caméra survole d’abord le port de La Ciotat et ses bateaux. Le long d’un quai, elle zoome petit à petit sur un groupe de 7 personnes. Le champ se fixe progressivement sur le cabanon d’Abyss Garden, où nos apnéistes font la rencontre de Nico et Gary, qui les encadreront sur ce week-end.

S’ensuit une série de plans courts, résumant aux spectateurs les instructions préliminaires données, la préparation de nos protagonistes et le chargement du bateau. On retrouve finalement notre groupe sur un nouveau plan d’ensemble, découvrant le zodiac ancré au pied du Bec de l’Aigle, potences et câbles en place, par environ 20m de fond.

Première péripétie pour notre groupe : le mistral a dissipé les 23°C de l’eau de la semaine précédente, qui se maintient néanmoins à 19°C. Nos protagonistes, tubas en bouche, enchaînent alors les descentes le long des câbles, au grand effarement de notre ami Pierre : « Mais pourquoi qu’ils remontent tout le temps ? » Les habitudes de la plongée bouteille ont la vie dure.

Pour ces premiers essais, 2 directives :

  • Se détendre au maximum lors de la préparation en surface (allongés la tête dans l’eau et bercés par la faible houle)
  • Surcompenser un maximum lors de la descente (en remontant bien sûr si les oreilles ne passent pas).

S’ensuit alors un ballet de descente / remontée en se tractant le long des câbles (appelé immersion libre en apnée) digne de la migration verticale du plancton. Tête en haut un coup, tête en bas le suivant, plus ou moins profondément selon les essais. Nico et Gary offrent leurs conseils entre chaque tentative, et la bonne visibilité de l’eau permet d’observer la descente des uns et des autres.

Midi, de retour sur le bateau, nous échangeons sur notre expérience et nos sensations, le sourire aux lèvres pour tous. Même ceux que la houle a un peu plus que bercé semblent satisfaits de cette première demi-journée.

(Nouvelle ellipse où est avalé un bon et copieux repas)

Un nouveau décor apparaît à l’écran, celui des locaux d’Abyss Garden. Pour cette après-midi, nous nous découvrons un nouveau muscle : la langue. Enfin, nous découvrons une nouvelle manière de l’utiliser… Il s’agit d’un atelier sur la compensation, un poil plus complexe en apnée qu’en plongée bouteille pour des raisons que nous éluderons ici. Ce qui justifie un entraînement spécifique, intensif et à sec durant tout une demi-journée (si, si, rigolez pas, y a même un outil spécifique qu’a été inventé pour travailler la compensation).

Au programme, entraînement à la Frenzel : soulevé de pomme d’Adam, self-auscultation des amygdales, étirement des muscles maxillaires, gonflage d’un ballon caoutchouc par le nez en utilisant uniquement la langue, fous rires en chaîne et photos dossiers en séries…

   Cela peut sembler ridicule, mais on est encore plusieurs à pratiquer le soulevé de pomme d’Adam régulièrement !

La suite de plans suivants sert à décrire la fin de cette belle journée :

  • Sortie PMT à la (surpeuplée) calanque du Mugel.
  • Apéro au camping, discussions (autour de la plongée), évocations de lieux exotiques (où il faut plonger), retour sur diverses expériences vécues (en plongée)…
  • Resto au camping, et encore des discussions autour de la plongée (à croire qu’on est accros…)

(Fondu noir permettant de suggérer une bonne nuit sommeil)

Dimanche matin, après le petit déjeuner et le ménage des bungalows, nous retournons au pied du Bec de l’Aigle pour une nouvelle session câble. Les conditions de tournages sont rudes : le mistral n’étant pas tombé, l’eau s’est refroidie à 15/16°C. L’entrée est plus dure que la veille, et la première descente est difficile pour tout le monde. Mais petit à petit, nous nous détendons et essayons de mettre en pratique notre travail de la veille.

Nous commençons l’échauffement en immersion libre, avec une apnée statique en profondeur à la 2nde descente. Puis nous passons à l’immersion en poids constant : nous arrêtons de tirer sur câble pour descendre et remonter, et passons à la palmi-propulsion. Cela simplifie la compensation pour plusieurs d’entre nous. Nico et Gary continuent de transmettre leur savoir, que nous essayons d’appliquer en dépit du froid.

     L’après-midi, séance exploration. Toujours au pied du Bec de l’Aigle, nous nous baladons le long de l’Anse du Sec par groupes de 3-4 apnéistes. Chaque groupe dispose d’une bouée, point flottant qui permet de préparer nos descentes, et de récupérer ensuite.

Bon, on ne va pas se mentir, ça manquait un peu de vie (beaucoup même). On s’étonne presque de croiser des chasseurs. Mais nous parvenons malgré tout à repérer quelques poulpes, girelles paon, et même une rascasse brune pour un groupe. Et nous prenons plaisir à enchaîner les descentes dans ce décor rocheux, où nous évoluons en apesanteur avant que l’envie de respirer nous ramène à la surface.

C’est ensuite contre l’envie de rester qu’il faudra lutter. Nous chargeons (légèrement et rapidement) le van et direction Grenoble. Après un détour bucolique entre Sisteron et Veynes (une sortie d’oubliée), et quelques dépôts stratégiques dans la ville (plus de transport en commun), et nous voilà revenus à l’ALAS. (vue plongeante de la caméra, dé-zoom, fondu, The End … ? )

Générique…

Message final : A la mémoire de la cheville de Camille, et des ligaments-croisés de Fabien. Ils nous ont manqués !

Un grand merci à Clotilde & Guillaume, qui ont organisé cette belle expérience et à tout le groupe pour la bonne ambiance, les échanges riches et les fous rires.

En lien, la vidéo réalisée par Guillaume :

https://www.youtube.com/watch?v=b0SqDEeqll4