Weekend plongée à Cassis, récit de Tina

Le weekend n’avait pas très bien commencé, avec cette vague de virus qui sévissait dans la région Grenobloise, 3 plongeurs avaient été mis hors-jeu.  Nous sommes alors partis en 2 vagues, la première après le déjeuner aux alentours de 14h, la seconde après le travail autour de 18h, avec le second van et seulement une voiture. La première équipe a pu goûter à la nourriture locale dans un restaurant méditerranéen de Cassis, tandis que l’autre équipe s’est arrêtée à une aire d’autoroute pour « déguster » un sandwich… En arrivant à Cassis, un village typique de la côte, il n’a pas été évident de se déplacer dans ce dédale, mais heureusement les chauffeurs ont réussis à trouver des places assez proches de nos hôtels.

En sortant du van, la première chose que j’ai remarquée était  l’agréable douceur de l’air, qui contrastait avec le froid qu’on avait subi à Grenoble ces derniers jours. Cette météo nous a permis de fêter les anniversaires de Peter et Hubert en buvant quelques bières dehors. Le temps ne pressait d’ailleurs pas vraiment, puisque l’ESSOR était en seconde rotation le lendemain, et le départ du bateau n’était prévu que pour 11h30.

Le premier jour de plongée commença avec un petit-déjeuner à « l’hôtel du commerce », suivi de l’habituel trajet pour transporter le matériel jusqu’au bateau. Malgré des prévisions  incertaines, la météo était clémente, le soleil brillait, la mer était calme. Un jour parfait pour plonger.  Le club « Le Narval » qui nous accueillait était situé à une centaine de mètres du port, ce qui nous a permis là encore de faire de l’exercice en portant les blocs avant et après chaque plongée.

Les gérants du club étaient très sympathiques, nous avons apprécié de plonger avec eux. Impatient de se remettre à l’eau pour la première plongée du weekend, nous sommes arrivés un peu tôt au port, nous nous sommes donc équipées en attendant l’arrivée du bateau. Après un petit trajet de bateau plutôt agréable, qui nous a permis d’apprécier les calanques, nous sommes arrivés à « la grotte à corail ». La température de l’eau était autour de 16-17 ° C, largement supportable avec une combinaison de 7 mm. Si les calanques étaient belles depuis la surface, elles l’étaient encore plus sous l’eau. Comme le  nom du site laissait présager, nous avons vu beaucoup de coraux rouges. A côté des coraux nous avons vu des murènes, chapon, congre, dorade royale, cigale de mer, castagnoles, anémone, rascasse. En remontant du bateau, on  a été accueilli par un « thé planteur » plus que bienvenu, une boisson chaude pour nous réchauffer en plus du soleil. Après notre première plongée, nous avons laissé tout notre équipement à côté des bouteilles sur le bateau. Fatigué de toutes ces aventures, dans le bon sens du terme, déjeuner à l’hôtel du commerce était exactement ce dont nous avions besoin. Avec nos estomacs pleins, nous avons fait une petite sieste avant notre deuxième plongée à 16h. Notre bateau nous a amenés au « jardin » pour la deuxième plongée, tout aussi agréable que la précédente. Notre soirée s’est terminée avec l’apéro sur le toit-terrasse de l’hôtel. Cet apéro, plutôt copieux, avec quelques mojitos maison, a été organisé par l’équipe Margaux / Peter. La meilleure partie du voyage est toujours de partager ses impressions avec d’autres plongeurs autour d’un verre. Nous avons terminé cette journée mouvementée par le dîner, en chantant «joyeux anniversaire» à Peter et Huber, mais cette fois avec un gâteau et des bougies.

Notre deuxième jour de plongée était organisé comme le précédent. Nous avons donc été bien plus  efficaces que la veille et nous sommes rapidement partis pour notre troisième plongée à « Baie Cacou ». Le déjeuner était toujours à notre hôtel, même si nous avons quitté nos chambres le matin.On se sentait encore somnolents après le déjeuner, et sans une chambre et un lit pour s’étendre, la moitié d’entre nous sont allés au «solarium», la terrasse sur le toit de l’hôtel où nous avions fait l’apéro la veille. Notre parfaite petite sieste a été interrompue par un bruit étrange de tôle froissée, une voiture a foncé dans sa voisine de devant, heureusement ce n’était pas nos camions ! Quoi qu’il en soit, il était temps pour notre dernière plongée de la semaine, « Castel Viel ». Un autre coin idéal pour la plongée, dans le parc national des Calanques, avec beaucoup de petites grottes sous-marines et des passages pour finaliser notre voyage.

Après un week-end à profiter d’une eau claire et de soleil, il était temps pour nous de rentrer chez nous.

Et tout cela grâce à Laurent qui était responsable de l’organisation du week-end, merci !

 

Diving weekend at Cassis, by Tina

The weekend didn’t have a great start with viruses spreading around Grenoble and disabling 3 of our members to join us.  Missing them we took off in two teams, one team left with the first van after lunch around 14 h and the other one after work around 18 h with the second van and a car. First team had a chance to enjoy nice Mediterranean dinner in Cassis while second team stopped at the resting place on the highway to have a sandwich. Arriving at Cassis, a typical small touristic place at the coast, we had a problem finding a parking place but luckily our drivers managed to find places not too far from our hotels.

Exiting the van first thing I noticed was a pleasant warmth (not like cold Grenoble for the past few days). Lovely weather enabled us to celebrate Peters and Huberts birthdays outdoors with drinks. We could enjoy the birthday drinks longer since the next day we were the second shift on the boat not leaving before 11:30h.  We were sleeping in two hotels just across the street from each other.

The new day started with a breakfast at ‘L’hôtel du commerce’, following with some physical exercise of transporting our diving equipment to the boat. Despite the changing forecast prediction the weather was nice, sunny and warm and the sea was calm. A perfect day for a diving trip. Our hosting scuba diving club ‘Le Narval’ is located a few hundred meters away from the boat so we had an opportunity to exercise before and after each dive carrying our bottles. People in ‘Le Narval’ are very nice and we enjoyed our time with them. Excited about our first dive of the weekend we arrived at the boat dock a bit too early and equipped ourselves waiting for the boat to return with the first set of divers and take us. After a pleasant, short drive with a boat with a stunning view of calanques we arrived to ‘la grotte a corail calanque (Cassis)’ our first dive site of the weekend. Water temperature was around 16-17 °C, quite pleasant with 7 mm suit. As beautiful calanques are from the boat they’re even prettier under water. As it could be assumed from the name of the site we saw a lot of flowering red corals which seemed blue at first from all the flowers. Beside corals we saw murenes, chapon, conger, dorade royale, cigale de mer, castagnoles, anemone, rascasse (I don’t know English words for sea life so had a little French help!).

Coming back to the boat we were offered a hot beverage to warm us up together with the sun. After our first dive we left all our equipment beside bottles on the boat. Tired, in a good way, from the whole experience, lunch at ‘L’hôtel du commerce’ was just what we needed. With our stomachs full we took a little siesta before our second dive at 16h. Our boat took us to ‘le jardin calanque’ this time. Equally pleasant as our previous dive. Our evening ended with the apero at the rooftop of the hotel. Abundant apero with some homemade mojitos was organized by team Margot/Peter. The best part of the trip is always sharing your impressions with fellow divers over a nice cup of a drink. We ended this eventful day with the dinner and singing ‘happy birthday’ to Peter and Huber but this time with the cake and candles.

Our second day had a same diving schedule as a previous one. Already knowing the drill we were quite efficient and quickly head off for our third dive at ‘baie cacou’. Lunch was still at our hotel although we exited our rooms in the morning. Sleepy after lunch and without a room and a bed half of us went to the ‘solarium’, a sun deck at the rooftop of the hotel. Our perfect little nap was interrupted by a strange sound, a car crush just next to our hotel. Anyway it was time for our final dive of the week. Our boat for a final time this weekend took us to Castel Viel. Another perfect little spot for diving in national park Calanques with a lot of small underwater caves and passages to finalize our trip.

After the weekend of enjoying clear water and sun, it was time for us to head back home.  And all of this thanks to Laurent who was responsible for the organization of the weekend, thanks to him!

 

 

 

 

 

Compte rendu des aventures à Cerbères!

Départ d’E2V à 18h pour nous en mini bus.  Après 6h de route nous y sommes, notre premier weekend de plongée en mer.

A peine arrivée, apéro ! L’essor nous met toute suite dans le bain.

1 er jour: nous sommes nombreux donc il y a deux rotations. Nous faisons partie de la deuxième, c’est grasse mat’, petit déj’ et bronzette.   Pour l’instant pas trop difficile d’être plongeur!

C’est l’heure, on descend avec le matériel. Il y a du vent, la mer a l’air agitée, bon ça va être certainement un peu sport !

Le bateau arrive ! Compliqué de monter dedans tellement il bouge.  

C’est parti, ça secoue bien dans le zodiac…pas facile d’équiper son matériel dans ces conditions. On regarde les têtes des voisins, personne ne s’inquiète.. bon ça  a l’air normal. On sent que tout le monde est impatient de plonger.

Le bateau s’arrête,  briefing et plouf.

Pas facile de descendre pour une première, malgré le lestage. Un phoque, 2 phoques …. Ça ne marche pas… Un phoque plus un canard et hop c’est gagné (merci JIM et JEFF 😉

C’est parti pour la descente le long de la corde pour découvrir enfin les fonds marins.

On ne lâche pas les palmes d’Hubert. La mer est agitée, la visibilité est moyenne, on n’a pas vu grand-chose mais pour une première, on n’est pas difficile.

Bon repas : salade et lasagne … la plongée ça creuse.

Une petite sieste est on est reparti pour une deuxième plongée. Cette fois-ci on a pu voir quelques poissons : un poulpe, des sars, et des dorades, Pas mal !!!)

Le soir apéro au punch !! Et remise des diplômes, ça y est on est N1 !!  Trop bien !

Jour 2 : c’est parti pour les plongées suivantes, visibilité bien meilleure, on commence à trouver nos repères, et on voit plus de poissons dont des corbes.

Le matin Greg nous a fait passer dans un tunnel, et veut communiquer avec nous, il commence à battre des coudes (mérou), on se dit pourquoi il fait la poule ? Un peu plus tard il tente de nous faire le signe de la langouste : et on s’est demandé pourquoi il nous montre un lapin ?   Ce n’est pas gagné !!

Plongée l’après midi, le premier groupe est très long à arriver, on attend avec impatience de plonger. A leur arrivée, ils annoncent qu’il ont vu un requin pèlerin et des mola mola, ça nargue dans tous les sens.

Espérons qu’ils n’ont pas bougé… on part rapidement à la recherche du fameux requin pèlerin. On aperçoit de loin ça nageoire supérieure. Wouahh trop bien ! Tout le monde à l’eau, à la course au requin. Super moment, inoubliable! Là vraiment on risque d’être difficiles pour les prochaines plongées…

Après cette deuxième journée on commence à comprendre les accros à la plongée.

RE APERO !!

Une dernière plongée le lendemain avec Laurent, avec petite initiation à l’orientation et un essai de « dressage » de poulpe… apparemment il n’était pas très intéressé.

 

Le weekend prend fin, retour à la maison avec les bouchons.

Merci à tout le monde pour leur accueil très chaleureux au sein du groupe. Merci aux moniteurs d’avoir été frustré d’être resté à 20 mètres,  aux conducteurs, et aux organisateurs du weekend.

A très bientôt

Ludwig et Mathilde

Supplique pour plonger à la plage de Sète

Salut tout le monde !
Alors, parlons peu parlons bien. Enfin, essayons tout du moins, il semblerait que j’ai une certaine habitude à m’étendre plus qu’il n’en faut.
Je prends donc la plume numérique pour venir conter la sortie des jeunes marsouins, fraîchement  (11°C…) passé niveau 1 en cette belle session dans le su’de la France, la susnommé Fabregas.
Ne nous mentons pas, voilà bientôt deux mois que l’escapade s’est déroulée, et au vue de mon grand âge, la mémoire fait vite défaut. Je vais néanmoins essayer de relater au plus proche la vérité. Cela ne devrait pas poser de problème, car comme vous le savez, nous, dans le sud, on ne déforme jamais rien ! (Et puis j’en ai profité pour regarder la vidéo d’Agnès, de fort bonne qualité, qui m’a rafraîchi la mémoire.)
 
*****
 

Cethorinus Maximus

Petit souvenir de Cerbère, à regarder en pleine résolution et avec le son à fond !

Mais il n’y avait pas que ça ! C’était à nouveau un weekend d’anthologie où on a été gâté par le club de plongée, le temps, même si la Tramontane était de la partie, le centre de vacances, la restauration, les trajets relativement fluides …
 
On ne remerciera jamais assez les organisateurs et tous les bénévoles.
 
Bonne semaine et au plaisir de faire un prochain weekend plongée avec vous,
 
 Grégory
 
Featuring Agnès pour la vidéo

Et Bertrand pour les photos

Nouveaux N1 !

Durant ce super week-end de plongée à Fabrégas, entre les dauphins et les 2 frères, sous un soleil radieux nos prépa N1 sont devenus de vrais plongeurs !

Avec Jim nous sommes donc fiers d’annoncer au club l’arrivée de 8 Niveaux 1.

Félicitations à Christine, Laurent, Hector, Lucien, Jean-Marie, Marc, Kristen, Tina.

Attendez-vous à les croiser sous l’eau ailleurs qu’à la piscine.

Merci à vous 8 pour votre prestation, prenez encore de plaisir lors de vos prochaines plongées !

Merci aussi aux moniteurs qui nous ont aidé cette année.

Et merci Agnès pour la vidéo !

Jef, Jim

Sous la mer, les épaves

Lundi 28 novembre 2016, à la machine à café pour la pause de 9h

 

M: Salut Alex.

A: Salut Michel, t’as passé un bon week end ?

M: Ouais bien, tranquille, et toi, t’es allé au ski ? T’es tout bronzé.

A: Non, ce week end je suis allé plonger.

M: Fin Novembre ? Mais t’es allé en mer rouge ou quoi ?

A: Non en méditerranée, à Bormes les Mimosas.

M: Houla, vous avez dû vous cailler là bas.

A: Ben non ça va en fait, on a eu un temps de malade! Il faisait grand beau, on a eu du bol, ils se sont pris des tempêtes l’avant veille, mais nous on a eu un grand ciel bleu.Regardes un peu le temps qu’on a eu dès le samedi matin:

20161126_084823samedi matin devant le club Aventure Bleue

Perso j’avais peur de me peler, alors j’avais pris des sous couches de skis, des pulls et des coupes vent à ne plus savoir qu’en faire, mais finalement je n’en ai pas eu besoin de rien. En plus l’eau était super bonne, entre 16 et 17° de 0 à 60 m.

M: 60 m? Mais vous descendez à combien en plongée?

A: Bah ça dépend, en général on est 2 ou 3 plongeurs par palanquée !

M: …

A: Bon ok. Ben à l’air on peut descendre jusqu’à 60 m, moi j’avais jamais fait plus de 45 m. Et là samedi matin, bim! 58 m pour aller faire le Togo, un cargo au large de Cavalaire. C’était ma première profonde en mer, j’avais un petit pincement au coeur avant de plonger. J’étais avec un gars, Xavier, qui était vachement plus rodé que moi pour ce genre de plongée. Du coup je lui ai dit d’imprimer le rythme à la descente car il faut pas perdre de temps à descendre si tu veux profiter un peu au fond. Alors il est parti comme une balle, sauf que moi j’étais pas prêt, j’avais pas encore mon masque, je me speedai pour mettre mon détendeur et j’ai essayé de descendre super vite pour le rejoindre. Tu parles, j’étais tellement stressé que j’arrivai pas à descendre de 2m. Je me suis dit “écoute mon petit bonhomme, tu refais surface, tu te calmes et tu descends zen”. Là j’ai pu le retrouver (il a dû trouver le temps long) et voilà qu’on tombe pendant presque 60m en suivant un fil qui nous amène directement sur l’épave. C’est l’épave préférée de Nath, tu sais le connard des projets US, mais honnêtement la visibilité était trop juste pour bien en profiter, on devait voir à 5m. Bref en arrivant sur le pont, j’ai eu comme un souci avec mon masque, genre “tiens il rétrécit” … Et là j’ai réalisé que c’était pas le masque, c’était la narcose! Ma première!

M: La … ?

A: Narcose. L’ivresse des profondeurs. En fait, sans vouloir te la jouer Wikipédia, en profondeur tu as un excès d’azote dans le corps pouvant entraîner des troubles de comportement.

M: Tain mais c’est super dangereux la plongée!

A: Non, on fait gaffe, et puis on est formé pour gérer ses cas là. Sur cette plongée, on s’est fait un petit contrôle justement en arrivant au pont, moi, mon masque s’était arrêté de rétrécir, Xavier m’a dit que lui ça allait, et on a continué. Pas longtemps, juste le temps de voir 2 barracudas, un mérou et de longer la coque du bateau. Mais au bout de 15 min il fallait remonter.

M: Quoi ? Vous n’avez plongé que 15 min?

A: Non, 35, parce qu’arrivé vers les 6m de profondeur on avait 20 minutes de palier répartis entre 6 et 3m. 20 minutes de palier pour 15 min au fond, c’est ça les joies des plongées profondes.

M: Et du coup vous avez tous fait cette épave?

A: (merci Michel d’avoir posé la question) Et bien non, figure toi qu’il y a une palanquée qui n’a trouvé que du sable au fond.

M: Ben je croyais qu’il y avait un fil qui menait directement à l’épave et qu’il fallait bêtement le suivre …

A: Ben ouais Michel, je pense que tu aurais pu gérer l’orientation sur cette plongée… Je crois qu’ils ont perdu de vue le fil à 10m de fond, et avec le manque de visi et le courant (faible mais quand même), ben ils n’ont jamais trouvé l’épave. Tiens regarde, j’ai pris une photo souvenir pour eux:

20161126_120243La plongée de Romain, mon binôme,
à qui je n’adresse plus la paroles depuis ce jour là …

 

A: Après je te rassure, ils ont profité de l’épave à leur façon …

20161126_114948Zoé et Laurent faisant l’épave du Togo …

20161126_173848Romain qui aura fini par faire le Togo le samedi en nocturne en plus!

 

M: Et après vous vous êtes éclaté le bide au resto comme à chaque fois ?

A: Non, pas cette fois. Ce weekend là, on partait à la journée en bateau, ça permettait d’aller sur des sites un peu plus éloignés qu’on n’aurait pas forcément pu faire autrement. Du coup s’était sandwich sur le bateau, dans une petite crique au soleil. Top.

M: Et l’aprem, vous avez fait une plongée plus tranquille?

A: Bof, 40m quand même. On a fait l’Espingole, un contre torpilleur, juste à côté d’où on mangeait. C’était marrant, c’était une épave toute en longueur, rien à voir avec celle du matin. Là on a vu un peu plus de trucs, des congres, une belle grosse langouste, des galathées, un big mérou. En remontant, on se prend presque 20 minutes de palier ! D’habitude à 40m, on fait quoi, 5 min de palier … mais avec la plongée du matin on a pris cher! Le soir on a pris un apéro avec un autre club de grenoble avec qui on plongeait: le Subatomic. Ils avaient 2 guitaristes, ça a mis une bonne ambiance et ça change des concerts de canettes vides.

M: Et samedi soir, vous avez vu le match ?

A: Le match ?

M: Ben ouais France – Nouvelle Zélande ?

A: …

M: Au rugby …

A: Ah ouais, après le repas, on a regardé le match. Enfin les autres on regardé le match … Je piquai du nez régulièrement j’ai du voir une pénalité, tout le reste je pionçai. Y a même l’action ou la France était pas loin de mettre un essai, les paupières se ferment et se réouvrent et pan, j’ai raté un essai transformé des néo zélandais … J’ai comme l’impression que ma première 60 m’a bien flingué.

M: Tain ils ont bien joué les français, le score ne reflète pas du tout le déroulement du match, c’est dommage parc…

A: On s’en fout, parce que le dimanche, on repart, à l’est de Porquerolles, pour faire le Donator ET le Grec, dans la même journée.

20161127_091046En route pour PorquerOLLES

On arrive sur le 1er site, y avait déjà un bateau, et en cette saison, y a si peu de monde que c’est pas la peine de s’embêter à être plusieurs sur un même site (c’est d’ailleurs la seule fois du week end qu’on a vu un autre bateau de plongeurs). Alors on change de programme et on commence par le Grec. C’est une épave de cargo à 48m, je suis avec un procureur pour plonger, et un des gus de la palanquée ‘sable’ de la veille. Eric, le mec du club de Bormes (Aventure Bleue) nous fait le briefing et explique que la proue est détachée et se trouve à environ 50 mètres du reste du bateau et que pour ceux qui ont déjà fait plusieurs fois le Grec ça peut être un objectif sympa, à condition de ne pas se perdre. Ok, mais moi j’ai jamais fait le Grec, donc la proue, ça sera pour un autre jour. Cette fois-ci la visibilité était bien meilleure, on voyait à 10-15 mètres. On arrive sur une hélice big mama, au fond: mostelles, bernard l’hermite, galathées, crevettes, etc. Et puis au bout d’un moment je vois mon guide de palanquée ‘sable’ qui commence à partir dans le sable, justement. “Oh merde, il va chercher la proue ce con”. Je le sens pas cette affaire, je remonte d’une dizaine de mètres histoire de pas vider mon bloc pour rien. Et on palme, on palme, on palme et on ne voit rien. Et tout à coup ! Paf, la proue! Il l’a trouvé (il s’est bien rattrapé par rapport à la veille mais ça ne fera ni chaud ni froid ces compagnons de galère). La proue était plutôt sympa et on a vu un énorme mérou dedans. Après, faut déjà remonter et faire sa petite vingtaine de minute de palier (le fil rouge du week end). Par contre pour ces paliers on avait de la compagnie: des petites méduses qui nous ont aidé à passer le temps.

Le midi casse croûte encore sur le bateau et go pour la dernière plongée du week end. Déjà.

20161127_113122Casse croute oklm

Le Donator! Je voulais absolument le faire avec Romain, mon binôme de niveau 2 et 3. Tu sais l’année dernière on avait tenté le coup de bluff pour faire cette épave et le DP, Vincent, s’y était opposé (surtout il n’était pas tombé dans le panneau). Et ben, cette année, Vincent s’est encore mis en opposition: il n’était pas sûr de pouvoir passer les oreilles, du coup le DP à changer les palanquées et c’est Romain et moi qui avons morflé 🙁 Bon, au moins Romain augmentait ses chances de faire 3 épaves dans le week end. En descendant, on arrive direct sur l’hélice du bateau, un truc qui fait au moins 3m de haut! Énorme! Quand je pense qu’il y en a qui ne l’ont pas vu au printemps … Bref la visibilité était encore top, il y avait des lumières et des ambiances vraiment jolies, comme le matin, des gorgones de partout. On est rentré un peu dedans, on a croisé des mérous dans les cales. Par contre le palier là, était folklo: arrivé dans les 10 mètres je commence à tousser. Et puis ça ne s’arrête pas: quinte de toux, je ne sais pas pourquoi! Mais du coup je galérai comme un âne pour rester à 3m, avec ma toux et mon bloque presque vide, je sentai que j’étais attiré par la surface alors je me suis accroché 15 minutes à un autre plongeur qui me servait de lest. Un peu space pour une fin de dernière plongée.

M: Ben ça avait l’air bien dit moi comme weekend.

A: Terrible, pas loin d’être un des meilleurs weekend que j’ai fait depuis que je suis au club et pourtant, je n’ai fait que des supers weekend.

20161127_151628Snif, c’est fini 🙁

 

M: Bon, c’est pas tout mais faut peut être qu’on aille bosser un peu ce matin, non ?

A: Ben il est 11h40, on va peut être aller manger plutôt. Cantine?

M: Go !

 

Nota Bene: Cette histoire est une fiction, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. Aucun plongeur n’a, à ce soir, raté le Togo quand un bout amène jusqu’à l’épave. De plus il a été prouvé par les plus grands chercheurs (1m95 au garrot) que la mer méditerranéenne ne peut atteindre ses températures fin novembre.

[Dramont] Récit d’une épopée, enfin…

La déferlante essoreuse c’est abattu sur Dramont le temps d’un week-end.

Il a commencé tôt et fort dès le vendredi avec la plongée au crépuscule bien fournie en poissons et crustacés, des gros, des petits et même des moyens. Une fois rentré au port de POUSSAI et déséquipé, nous somme allez nous rassasier au Babbo restaurant situé un peu plus loin sur la route principale (à « la vrai droite » en sortant du camping). Le groupe des « vrais travailleurs » est arrivé avant que nous puissions l’accueillir aux tentes. Après les retrouvailles, l’installation des derniers arrivants tout le monde a pris la direction du couchage.

Le lendemain matin une fois levé (trop tôt pour certains), le petit déjeuné dans le ventre et les tentes fermés, nous sommes descendu au club vers 8h30. Et oui la plongée de nuit prévue pour la fin de journée demande des sacrifices. C’est loin sans enthousiasme que nous avons retrouvez le bateau et prit la direction du cite des Pyramides qui offrait un panorama différent de celui de la veille. A midi le Babbo était au pied de guerre pour nous servir un repas des plus copieux, comme à son habitude. Si Fred veux bien mettre 40€ pour les repas du Babbo ce n’est peut-être pas pour la qualité et la quantité mais sans doute pour la jeune serveuse suédoise Lisa.

Le repas pris certains ont trouvé le temps de faire une petite sieste jusqu’au rendez-vous de 14h au club.

Après la visite du site du petit canyon beaucoup attendaient la plongée de nuit et avaient donc décidé de ne pas s’attaquer à l’apéritif tout de suite, ce ne fut pas le cas de toute le monde et surtout une personne « hors catégorie » qui a attaquer le punch le matin au réveil. En tout cas ils ne sont pas restez seul bien longtemps car au grand regret le club a annulée la plongée de nuit. Et oui LauLau hélas c’est pas nous qu’on décide, sniff snif :'(  :'(

C’est donc l’âme en peine qu’on a eu le droit de participer à l’apéro plus tôt que prévue. Après 10 litres de punch, trois saucissons, quelques amuses gueules et pâtes en croûte une poignée de volontaires dévoués s’est mise à faire chauffer les BBQ, électriques je précise. Le détail est d’importance car le fusible de 10Ampère n’y a pas résisté. Heureusement que nous avions d’autres tentes pour faire chauffer la barbaque et surtout merci à la générosité inconditionnel de la tente 5 de s’être privé d’électricité pour le bien collectif, enfin surtout pour le frigo.
Une fois bien rassasié une excursion au Tiki bar c’est organisé mais une fois arrivé, qu’elle fut notre déception d’apprendre qu’il été privatisé pour un mariage. On a donc tout simplement retrouvé notre jolie serveuse suédoise pour l’ultime verre de la soirée avant de rentrer ce coucher.

Le lendemain matin personne n’a été malade sur le bateau ni au fond de l’eau sur le site de l’arche (ou la fenêtre), enfin presque… J’ai quand même entendu parler d’égrugeure d’estomac voir même de remontées…
Bien que ce ne fût pas prévu nous avons eu le droit de payer pour faire une plongée supplémentaire l’après-midi même si quasiment la moitié de l’effectif avait déserte, les derniers restants sont allés se promener au petit village pour la dernière du weekend.
Une fois la plongée fini il était temps de rentrer, il a donc fallu se mettre sur le chemin du retour mais nous avons emporté plein de beaux souvenirs de mérous, de barracudas, de posidonies, d’araignées de mer, de murènes, de crevettes, de langoustes, de flabellines et j’en passe.

Merci à l’organisateur, au DP, à la responsable de l’apéro et son adjoint, aux chauffeurs et à tout le monde pour ce week-end qui donne envie de plonger de nuit …  enfin quand c’est possible XD

Joris P.

 

La Ciotat, une histoire racontée par Peter

Le weekend a démarré comme d’habitude à E2V autour de 17h30 avec la distribution du materiel (merci à Jean-Pierre A pour son organisation et pour sa patience) et ensuite a commencé la cérémonie du chargement/déchargement des minibus jusqu’à finir par se mettre d’accord sur la configuration des gros sacs en bas, les petits en haut…Nous avons décollé autour de 18h00 dans nos 3 minibus et nous nous sommes arrêtés pour la (maintenant) traditionnelle escale pique-nique à Mornas.

Nous sommes arrivés au camping de Santa Gusta où nous avons trouvé beaucoup de place pour se garer, des chambres propres et sympas et terrasses donnant sur la mer ! Il y avait une brise douce et nous avons terminé la soirée par un apéro rapide, buvant des bières au moins aussi chaudes que l’air ambiant (la prochaine fois je crois qu’on prendra peut-être une glacière !).

Oh, merci à la personne qui nous a fait penser à prendre du PQ, très utile!

Lire la suite